Des scouts émerveillés aux JMJ Hors-Norme :)

#témoignage
Les scouts du clan 29 de Paris Saint Sulpice aux JMJ Hors-Norme avec L'Arche

Le clan 29 des routiers de Paris Saint Sulpice mobilisé par le Père Christian (Prêtre accompagnateur de L’Arche), avait déjà prévu une route pour les JMJ de cet été. « Pas facile donc de changer de programme, reconnaît Guillaume, qui avait porté cette première organisation. Mais… ça valait le coup. » « Je n’avais pas compris ce qu’être consommateur des JMJ voulait dire, mais avec cette expérience gratuite, sans demande de retour – à part nettoyer les toilettes (rires) – cela m’éclaire vraiment, explique William.» Et Vianney d'ajouter : « Ça donne une autre vision des JMJ, avec d’autres perspectives, plus portées vers les autres. Ça fait la différence. »

Les routiers, qui ont entre 17 et 22 ans, reconnaissent que c’est difficile de rencontrer des personnes ayant un handicap mental dans la vie quotidienne. « Je n’aurais jamais pensé aller parler à une personne handicapée de moi-même. Dans la vie, elles sont plutôt en retrait, dans leur famille ou dans des structures. Ici, on se rencontre sans être forcés. C’est à refaire ! » « Ça fait un bien fou de voir les personnes handicapées heureuses, raconte Guillaume. Je suis tout le temps joyeux ici. Les gens me font rire à travers plein de petites choses, pendant les repas, les activités, les messes. » « Participer à ces JMJ Hors-Norme, ne m’éclaire pas forcément sur quoi faire dans ma vie, explique Vianney, mais ça me donne des pistes de réflexion sur "Comment je voudrais être au travail plus tard". »

William raconte qu’il « débarque » et que pour lui c’est vraiment nouveau tout ça. Il va d’ailleurs faire sa promesse scoute lors de ces JMJ. « J’étais chrétien mais ne pratiquais pas, et j’avais une vision des scouts en uniforme qui se baladent assez limitée. Aujourd’hui j’ai une vision très sociale du scoutisme. Il ne s’agit pas seulement de voir du pays ! C’est bien plus que ça. Il n’y a qu’ici que je pouvais faire cette expérience. » Et Guillaume de conclure : « Ici, je suis tout le temps émerveillé ».

Anne Pernot